Swissgay.ch home
  Guide-portail d'info gay, bi et lesbien suisse

Votre publicité sur Swissgay.ch

 

   
   
   
 

in englishauf deutschin italianoen españolem Português翻译成中文

 







 
 
 
 Les infos  [+/-]
60 - 59 - 58 - 57 - 56 55 - 54 - 53 - 52 - 51 50 - 49 - 48 - 47 - 46 45 - 44 - 43 - 42 - 41 40 - 39 - 38 - 37 - 36 35 - 34 - 33 - 32 - 31 30 - 29 - 28 - 27 - 26 25 - 24 - 23 - 22 - 21 20 - 19 - 18 - 17 - 16 15 - 14 - 13 - 12 - 11 10 - 09 - 08 - 07 - 06 05 - 04 - 03 - 02 - 01
 Magazines gays
 Vos articles
 Rechercher

Web Swissgay
 iPhone - Mobile

Swissgay.ch (Agenda + Guide) sur votre iPhone/mobile ! Tapez : swissgay.ch/m
 Partagez

Bookmark and Share

 Flux RSS

http://swissgay.ch/rss.xml
Subscribe
http://www.itsmynews.com

 Partenaires

Easyroommate.ch
Nathan gay café-bar
Ptisitegay.net
Swissgay blog
 Dons

Pour soutenir et développer Swissgay.ch. Merci !

 
Les infos | Rechercher une info | Réagir | Magazines gays | Vos articles
 
France - Pour Sarkozy, l'homosexualité est génétique
18/23.04.07

 

 

Le Canard enchaîné du 18 avril 2007 révèle que lors de son entretien avec "Philosophie Magazine", Nicolas Sarkozy n’a pas seulement affirmé que la pédophilie et le suicide des jeunes étaient génétiques, mais également l’homosexualité, a affirmé le centre Gai et Lesbien de Paris dans un communiqué daté du même jour.

"Sarkozy a estimé, à ce moment de notre entretien, que l’homosexualité, comme la pédophilie, était génétique", a indiqué le philosophe Michel Onfray. Mais il aurait toutefois précisé qu’il se gardait bien de confondre homosexualité et pédophilie.

Le rédacteur en chef de "Philosophie Magazine" justifie n’avoir pas retranscrit l’intégralité des propos de Sarkozy par la nécessité "de condenser 2 heures 45 d’entretien".

Dans sa tentation à l'eugénisme, le prétendant à la présidence de la république française crée l'amalgame en mêlant le caractère héréditaire d’une orientation sexuelle comme l’homosexualité à une perversion comme la pédophilie ou au suicide des jeunes, dont les causes sont multiples.

Le mariage gay dans la course au 2ème tour
Le mariage homosexuel est toujours dans la course au lendemain du premier tour de la présidentielle. A travers le duel de deux candidats, deux projets s'affrontent dont chacun perçoit clairement qu'ils sont profondément différents.

Ségolène Royal défendra le principe d'égalité des droits LGBT. Elle l'a rappelé à Toulouse lors de son denier meeting en présence du Premier ministre espagnol José Luis Zapatero : le mariage homosexuel et l'adoption font partie de son programme et elle l'assume fièrement.

Nicolas Sarkozy s'est bien gardé quant à lui de revendiquer fortement son choix d'une union civile que les organisations LGBT rejettent comme un sous-mariage (à l'exception des militants gay de l'UMP). Bien au contraire, les derniers jours qui ont précédé le 1er tour l'ont vu s'embourber dans les thèses très réactionnaires du déterminisme génétique, y compris pour expliquer l'homosexualité.

Les électeurs de Bayrou pour Ségolène
Son calcul pour ravir un grand nombre de voix à l'extrême droite peut le priver du vote d'électeurs modérés qui rejettent ce positionnement et pourraient lui préférer un choix moins réactionnaire en ralliant Ségolène Royal. "La candidate arrive en tête dans dix arrondissements parisiens, réussissant avec 31,75% des suffrages le meilleur score jamais réalisé par un candidat socialiste au premier tour d'une élection présidentielle" à Paris, a souligné M. Delanoë dans un communiqué, estimant que "tout reste totalement ouvert d'ici le 6 mai". Un sondage du 24 avril semble lui donner raison : 38% des personnes ayant voter Bayrou au 1er tour voteraient pour Royal contre seulement 25% pour Sarkozy.

Si la gauche sait clairement souligner la menace que Sarkozy représente pour les libertés, si les électeurs de François Bayrou suivent le credo affiché de leur leader et choisissent le camp de la rupture, un rassemblement derrière Ségolène Royal peut l'emporter.

La droite peut crier au mot d'ordre qui se répand "Tout sauf Sarkozy", ce mot d'ordre a un sens : une très large part de la société ne veut pas de cet homme ni de ses idées ni de son programme. La majorité ?

Le 25 avril, lors d'une conférence de presse attendue, François Bayrou n'a donné à ses électeurs aucune consigne de vote et les a laissé libre de leur choix. S’il s’est dit en "grave contradiction" avec Ségolène Royal sur certains points du programme de la candidate socialiste, à commencer par sa conception d’un "Etat faisant tout", "jusqu’à l’impotence complète", l’"alourdissement absolu", François Bayrou a réservé ses flèches les plus venimeuses à Nicolas Sarkozy. Le président de l'UFP fustigé Nicolas Sarkozy : "Je pense qu'il y a des ressemblances entre Berlusconi (l'ancien Premier ministre italien) et Nicolas Sarkozy", a affirmé M. Bayrou. "Nicolas Sarkozy, par sa proximité avec les milieux d'affaires et les puissances médiatiques, par son goût de l'intimidation et de la menace, va concentrer les pouvoirs comme jamais ils ne l'ont été", avait estimé un peu plus tôt M. Bayrou. "Par son tempérament et les thèmes qu'il a choisi d'attiser, il risque d'aggraver les déchirures du tissu social, notamment en conduisant une politique d'avantages aux plus riches", a accusé le leader centriste. Il a aussi mentionné les pressions que subissent les élus de l'UDF de la part de Sarkozy : "Cette manière de multiplier pressions, débauchages individuels et de prétendre fabriquer de faux partis pour être dans sa majorité, ça ressemble assez à ce que j’ai appelé la manière de gouverner des Hauts-de-Seine (…) Une manière d’exercer le pouvoir qui ne ressemblait pas aux principes qui me paraissent être les principes élémentaires".

Lundi, Berlusconi, l'ancien Premier ministre italien, s'était dit "supporter" de Sarkozy.

François Bayrou avait refusé le "pacte anti-Chirac" de Sarkozy
BORDEAUX (Reuters - 25 avril 2007) - François Bayrou aurait coupé les ponts avec Nicolas Sarkozy il y a trois ans, lorsque le candidat UMP lui aurait proposé une alliance contre Jacques Chirac, écrit mercredi le quotidien Sud-Ouest.

Le quotidien Sud-Ouest précise avoir décidé de publier aujourd’hui le contenu d’un entretien avec le président de l’UDF ayant eu lieu le 16 mars, et que l’intéressé avait demandé à l’époque de ne pas rendre public.

Dans cet entretien (vidéo), François Bayrou expliquait que lors d’une rencontre entre les deux hommes, Nicolas Sarkozy, qui venait d’être élu à la présidence de l’UMP, lui avait dit : "Je te propose une alliance contre Chirac. On va faire les jeunes et on va le démoder, lui qui est vieux. On va lui faire la guerre et, au bout du compte, on fait une alliance contre Chirac."

François Bayrou, qui avait rencontré Nicolas Sarkozy au domicile de l’animateur de télévision Jacques Chancel, expliquait qu’il avait refusé ce pacte.

"Ca ne m’intéresse pas. Je ne veux pas faire d’alliance avec toi. Je ne veux pas faire une alliance contre Chirac sur le critère de l’âge. Cela ne me ressemble pas. Alors, tu fais ce que tu veux, mais moi, je ne le ferai pas", avait répondu l’élu béarnais qui reconnaît que "depuis, en effet, il y a comme un froid entre nous...". "On ne peut pas rencontrer plus différents que Nicolas Sarkozy et moi", a affirmé par ailleurs M. Bayrou, expliquant qu'il n'avait "pas parlé avec Nicolas Sarkozy depuis trois ans".

Cet entretien, dont on peut retrouver la version sonore sur le site Internet du quotidien Sud-Ouest, avait été tenu le 16 mars dernier devant une quinzaine de personnes, soit, selon la rédaction du journal, cinq lecteurs, cinq journalistes et quelques observateurs invités.

Le lendemain, veille de la parution, François Bayrou avait "expressément" demandé de ne pas le diffuser.

Sud-Ouest indique avoir choisi finalement de le rendre public car "aujourd’hui, ces confidences prennent tout leur sens. Elles éclairent, avec intensité, le fossé qui sépare les deux hommes".

Le danger Sarkozy
"Sarkozy, il faut lui marcher dessus. D'abord parce que ça porte bonheur et ensuite parce que c'est la seule chose qu'il comprend." Jacques Chirac

Plusieurs opposants politiques à Nicolas Sarkozy affirment avoir été menacés par l’ancien ministre de l’Intérieur pour les réduire au silence.

Depuis plusieurs mois, des témoignages anonymes circulaient dans les milieux journalistiques sur les menaces que des proches de Nicolas Sarkozy adressaient aux auteurs d’articles critiques. Parmi les méthodes qui seraient employées pour faire taire un opposant : les pressions économiques sur un journal ou la révélation du nom de sa maîtresse à sa femme. Mais petit à petit, c’est en public que les langues se délient.

Ainsi, le journaliste Joseph Macé-Scaron a raconté lundi 16 avril 2007 sur RTL comment Nicolas Sarkozy l’avait menacé lorsqu’il était directeur du Figaro-Magazine : "J’ai vu Sarkozy qui était en situation de puissance et non pas de séduction. Je peux vous dire que la menace, le "on se souviendra de toi", l’index pointé, le "on te cassera", je l’ai entendu, moi, Joseph Macé-Scaron, en tant que journaliste du Figaro-Magazine."

Le ministre de l’Égalité des chances, Azouz Begag, qui a récemment démissionné pour soutenir François Bayrou, a lui aussi rapporté les menaces et les pressions qu’il a reçues de la part de Nicolas Sarkozy alors qu’il s’y opposait en conseil des ministres. Il déclarait mercredi 17 avril au quotidien espagnol El País : "Sarkozy avait beaucoup de pouvoir. Trop. Mes divergences avec lui ont surgit au moment des violences dans les banlieues, quand il a prononcé ces paroles, insultantes, choquantes ; quand il a appelé "racailles" les jeunes et dit qu’il nettoierait les rues au Kärcher. Moi, qui viens de l’immigration, je me suis vu obligé de sortir de ma réserve et dire que je ne pouvais pas accepter ce langage. Il m’a menacé et a utilisé tout son pouvoir politique et médiatique pour me faire disparaître. "Azouz Begag n’existe pas", était la consigne. Les journaux et toutes les grandes chaînes de télévision me passèrent sous silence." Dans un livre sorti le 11 avril, "Un mouton noir dans la baignoire", Azouz Begag rapporte les propos que lui a alors tenu Nicolas Sarkozy : "Tu es un connard, un déloyal, un salaud ! Je vais te casser la gueule ! J’en ai rien à foutre de tes explications ! Tu vas faire une dépêche à l’AFP pour t’excuser, sinon je te casse la gueule."

Par ailleurs, l’utilisation de la police pour réduire au silence des manifestants lors des déplacements de Nicolas Sarkozy devient une pratique courante. Dernier abus de pouvoir en date : des salariés menacés de licenciements empêchés par la police de se rendre à un meeting du candidat. "Le Monde" du 18 avril rapporte l’interception par la police pendant plusieurs heures de deux cars de manifestants se dirigeant vers le lieu d’un meeting de Nicolas Sarkozy à Meaux. "Ils étaient plus nombreux que nous, explique un syndicaliste. On a eu le droit pendant deux heures et demi à une garde à vue en pleine campagne, sans aucun motif."

De récents propos viennent renforcer l’inquiétude qu’ils suscitent. En pleine campagne électorale, l’ancien ministre de l’Intérieur n’a pas hésité à affirmer son admiration pour le coup d’État de 1992 en Algérie. Jeudi 12 avril, au micro d’Europe 1, il félicitait les putchistes algériens : "L’Algérie avait été très courageuse au début des années 90 en interrompant le processus démocratique", affirmait-il.

L'actuel président de l'UMP a publiquement critiqué Jacques Chirac pour avoir abandonné les USA de Georges Bush dans leur guerre contre l’Irak. S'il avait été élu président il y a cinq ans, de jeunes soldats français se trouveraient aujourd’hui en Irak pour tuer et se faire tuer pour du pétrole. Chirac a qualifié l'atlantisme de Sarkozy de "lamentable" (Libération)

Swissgay.ch (sources : E-llico.com, Réseau Voltaire)

 

Lire aussi :
- Le magazine gay gratuit Illico menacé d'interdiction par le ministère de l'Intérieur
- Centre Gai et Lesbien de Paris : http://www.france.qrd.org/actualites/assoc.php3?id_assoc=296 
- "Le vrai Sarkozy" en accès libre : http://www.marianne2007.info/-Le-vrai-Sarkozy-en-acces-libre-!_a1180.html 
Vidéos :
- Leçons de séduction pour charmer Sarkozy 
- Sarkozy vu par Bayrou

  Derniers titres
  Suisse - Un séropositif étranger sera renvoyé, décide le Tribunal administratif fédéral
  Grenoble - Concert de Capleton annulé
  Suisse - Un CD homophobe retiré de la vente
 
USA - En direct, un journaliste au bord des larmes pour le mariage gay
  Allemagne - Un CD homophobe ne sera pas distribué
  Californie - Le mariage homo interdit
  Capleton - Homophobie : les défaillances du système lausannois

 

  Vos réactions

 

 Publicité

 

   
 

 

 
 Services

   
1 shoe.org

165.420

2 purplemoon.ch

290.590

3 swissgay.ch

348.659

4 gay.ch

507.022

5

joy4men.ch

723.176

  TOP 20 : le classement
  Votre publicité moins cher !

Recevez nos infos.
Votre email :




Mailing list, liste de diffusion et gestion d'emailing

Les articles des internautes

Vous avez quelque chose à dire ?
Publiez votre article sur Swissgay.ch en 2 clics.

Faut-il interdire Capleton et les artistes qui appellent au meurtre d’homosexuels ?

Oui, bien sûr !
Si on interdit tous les artistes homophobes, où va-t-on ?
Boycottons !
Non, la liberté d’expression prime sur tout.
Capleton ? Connais pas et ne veux pas connaître.
A ignorer ! Pourquoi leur faire encore de la pub ?
Oui. On ne fait pas reculer la haine sans la combattre.
Non : on est en démocratie et chacun est libre de dire ce qu’il pense.


Voir les résultats
Swisstools.net
Tous les sondages

Mesures d'audience


Google Analytics

Weblog Deckpoint
Alexa
Netcraft
Trafficestimate

 
 
 
   
 

   
   
 Publicité

   
   

 
 
 
     
Publicité Swissgay.ch

 

top

Swissgay.ch | Swissgay.ch/Elle | Annonces | Chat | Webcam chat | Agenda | Guide gay et lesbien | Infos | Vos articles | Forums | Liens
Top 20 | Sondages |
Voyages | Colocation | Météo | Email gratuit | Programmes TV | Sorties cinéma | Vidéos | Radio-TV en ligne | E-cartes
Votre publicité - Tarifs - Fixez votre prix | Newsletter | Recommander | Qui ? | Contact | Rechercher

Swissgay.ch sur Netvibes

Abonnez-vous au flux rss Actualité Swissgay.ch : http://swissgay.ch/rss.xml  -  Rejoignez Swissgay.ch sur Facebook :  Swissgay.ch sur Facebook

© Kaos Editions 1998-2010 - Swissgay.ch - Genève