Swissgay.ch home
  Guide-portail d'info gay, bi et lesbien suisse

Votre publicité sur Swissgay.ch

 

   
   
   
 

in englishauf deutschin italianoen españolem Português翻译成中文

 







 
 
 
 Les infos  [+/-]
60 - 59 - 58 - 57 - 56 55 - 54 - 53 - 52 - 51 50 - 49 - 48 - 47 - 46 45 - 44 - 43 - 42 - 41 40 - 39 - 38 - 37 - 36 35 - 34 - 33 - 32 - 31 30 - 29 - 28 - 27 - 26 25 - 24 - 23 - 22 - 21 20 - 19 - 18 - 17 - 16 15 - 14 - 13 - 12 - 11 10 - 09 - 08 - 07 - 06 05 - 04 - 03 - 02 - 01
 Magazines gays
 Vos articles
 Rechercher

Web Swissgay
 iPhone - Mobile

Swissgay.ch (Agenda + Guide) sur votre iPhone/mobile ! Tapez : swissgay.ch/m
 Partagez

Bookmark and Share

 Flux RSS

http://swissgay.ch/rss.xml
Subscribe
http://www.itsmynews.com

 Partenaires

Easyroommate.ch
Nathan gay café-bar
Ptisitegay.net
Swissgay blog
 Dons

Pour soutenir et développer Swissgay.ch. Merci !

 
Les infos | Rechercher une info | Réagir | Magazines gays | Vos articles
 
  Les infos - 29

France - Homophobie: la droite aboie, le texte passe
c'était une promesse présidentielle. Mais pas de celles, brandies haut et fort, comme la proposition fétiche de Jacques Chirac d'adosser une charte de l'environnement à la Constitution. La loi pénalisant les propos homophobes et sexistes (elle rend passibles les délits de diffamation et d'injure d'une peine de prison) n'a pas été portée avec le même élan. Elle devait prouver qu'on ne pourrait plus entendre dans les rangs de la majorité des «Stérilisez-les !» (Pierre Lellouche, UMP, lors du débat sur le Pacs).
Malgré la déclaration de Chirac dans Têtu en avril 2002 ­ «L'homophobie est aussi condamnable que le sexisme ou le racisme. A l'instar du dispositif mis en place pour d'autres phénomènes de rejet, il faut à l'évidence une condamnation de l'homophobie» ­, ce projet est passé aux oubliettes. Puis il a été remis sur le tapis (après l'agression de Sébastien Nouchet) et présenté en conseil des ministres... trois jours avant la gay pride. Il devait être examiné à l'Assemblée avant la fin de l'année parlementaire. Pourtant, au lendemain de la marche des fiertés, en juin, surprise : il ne figurait pas dans le décret annonçant l'ordre du jour de la session extraordinaire. Les associations n'ont pas décoléré. A droite, Jean-Luc Roméro, «blessé», a démissionné de son poste de secrétaire national de l'UMP.
A la rentrée, nouveaux rebondissements. La commission nationale consultative des droits de l'homme (CNCDH) émet un avis hostile en s'inquiétant de la liberté d'expression et de l'atteinte à l'universalité des droits de l'homme. Les opposants UMP se frottent les mains. Le gouvernement retire le texte. Et préfère le transposer dans trois amendements, proposés à 20 heures la veille de l'examen du projet de loi sur la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité, au Sénat. Pour faire passer la pilule, le gouvernement dit qu'il a pris en compte l'avis de la CNCDH. En réalité, l'essence du texte est préservée. Au final, cela ressemble à une loi honteuse. Même lors du vote, mardi. Après de vifs échanges, les députés ont adopté un texte pas vraiment désiré. Retour sur les figures qui ont marqué le débat.
Il avait déjà fait parler de lui, il y a un an, en proposant un amendement créant le délit d'interruption involontaire de grossesse. Depuis quelques mois, le député de la Gironde a pris la tête des élus hostiles à la pénalisation des propos homophobes. Boosté par l'avis défavorable de la CNCDH, il a demandé le retrait de ce texte «inutile et dangereux». En commission des lois la semaine dernière, il a réussi à faire adopter un amendement contre l'avis du rapporteur, Pascal Clément, qui prévoyait de limiter aux associations reconnues d'utilité publique la possibilité de saisir la justice dans les procès pour sexisme ou homophobie. Mardi, en séance, il est resté modéré : «Il n'y a pas d'un côté les homophobes et de l'autre les donneurs de leçons.»
Les associations en colère
L'amendement Garraud les a rendues furieuses. Et pour cause : aucune des associations homos et féministes n'est reconnue d'utilité publique (selon Pascal Clément, c'est le cas de 2000 sur 700 000). Quelques heures avant la discussion parlementaire, elles montent au créneau. Inquiètes. Lasses de «se faire promener» par le gouvernement. A leurs côtés, des représentants de tous les bords politiques se serrent les coudes. Vers 19 heures, Alain Piriou, porte-parole de l'inter-LGBT (lesbienne gaie bi et trans) s'alarme : il a l'impression que, à l'applaudimètre, Boutin remporte plus de succès que les pâles défenseurs du texte dans la majorité. Lundi midi, Sarkozy lui avait téléphoné «pour assurer qu'il était déterminé à faire chuter l'amendement», mais mardi, sa conseillère a dit que ce ne serait «pas si simple».
Une gauche qui fait bloc
Face à la scène que Noël Mamère appelle «les conservateurs font de la résistance», la gauche fait bloc. Patrick Bloche, député PS, corapporteur du Pacs, souhaite que ce texte passe. Il y a un an, lors d'une niche parlementaire, il avait lui-même déposé une proposition similaire, sanctionnant les propos discriminatoires en raison du sexe et de l'orientation sexuelle. «Que de temps perdu !», lâche-t-il en séance. Le PS votera le texte, à une condition : que l'amendement «malheureux et mesquin» de Garraud tombe. Dans la discussion, Patrick Bloche tente en vain d'élargir la protection aux trans. Et assiste, consterné, à des échanges «honteux» sur l'homosexualité, réminiscences du débat sur le Pacs.
Christine Boutin, avec l'aide de Dieu
Cette fois, elle avait laissé sa Bible dans son tiroir. Mais la députée des Yvelines a appelé le Vatican à la rescousse, en citant les dangers de «l'idéologie du gender», qui «dénonce les normes hétérosexistes de la société pour reconnaître toutes les autres formes de couple et de parenté». Dans sa charge, elle est épaulée par d'autres députés UMP. Christian Vanneste (Nord) pour qui l'homosexualité est «une menace pour la survie de l'humanité». Jean-Marc Nesme (Saône-et-Loire) : «Dans notre société, ce ne sont pas les homosexuels qui sont le plus en danger, ce sont les enfants.» Christine Boutin réussit à faire adopter un amendement, élargissant la protection aux handicapés. Le président de la commission des lois, Pascal Clément, avait pourtant mis en garde : «Le but de ce texte n'est pas d'énumérer toutes les personnes qui souffrent.» «Evidemment, les handicapés ne sont pas organisés en lobby !», a répondu Christine Boutin. Au final, les députés UMP se sont déchirés, encouragés par la liberté de vote octroyée officiellement par le président du groupe Accoyer. Sous la pression, Garraud a retiré son amendement sur les associations, le plus critiqué. Le lendemain, GayLib se félicitait de la «détermination» du gouvernement. L'inter-LGBT soufflait, mais parlait d'une victoire au «goût amer». (Liberation.fr - 9.12.04)

>> Compte rendu analytique officiel de la séance

Canada - La Cour suprême dit "Oui" au mariage homosexuel, contre l'avis des églises
"Le mariage homosexuel fait partie des réalités de la vie moderne et peut être étendu à tout le pays", a déclaré aujourd’hui, jeudi 9 décembre 04, la Cour suprême du Canada dans un avis très attendu. La Cour conclut que la définition traditionnelle du mariage va à l'encontre de la Charte canadienne des droits et libertés. Les églises, qui avaient violemment tenté de lutter contre cette décision et la loi qui en découlera, auront le droit de refuser de célébrer les mariages de couples du même sexe si cela va à l'encontre de leur croyances. (...)
L'avis du plus haut tribunal du pays n'a pas force de loi, mais donne le feu vert au ministre de la Justice, Irwin Cotler, pour déposer le projet de loi, qui sera probablement présenté en février 2004. Les députés devront donc s'exprimer sur la question. (...) Étant donné le poids de la Cour suprême, les élus devraient suivre majoritairement l'opinion juridique.
Des jugements permettent déjà aux gays et aux lesbiennes de se marier dans sept provinces canadiennes, la nouvelle loi étendra ce droit à l'ensemble du pays. Les réactions n'ont pas tardé et les télévisions et radios du pays ont mis en place des programmations spéciales pour couvrir cet événement historique. (Edition spéciale de Tetu.com - 9.12.04)

Certains patients n'aiment pas se faire sucer
Un patient de l'hôpital Riviera à Montreux a eu la - bonne ? - surprise après une narcose de voir un infirmier lui pratiquer une fellation, rapporte Le Matin dans son édition du 8 décembre 04. Et il n'a pas aimé: "Quand je me suis réveillé après l'opération, un infirmier était en train de me faire une fellation. Elle a été conduite jusqu'à éjaculation". Le patient de 45 ans ne décolère pas: "C'est du viol ! C'est odieux de faire ça à une personne sans défense. Je ne suis sans doute pas le seul, il faut l'arrêter". Et d'ajouter: "En salle de réveil, j'étais conscient mais incapable de bouger mes bras pour me défendre. Je suis sûr qu'il y avait des gens qui passaient. Ils ont dû voir quelque chose !" N'osant rien dire, il a attendu 15 jours avant d'en parler à son médecin de famille, qui a pris contact avec l'hôpital de Montreux. L'établissement a offert au plaignant les services d'un avocat. Le patient a été choqué et l'a dit au juge: "Cet homme aurait pu détruire ma vie".

La présentation de cet hôpital sur son site web devra-t-elle être modifiée ?: "Notre volonté est de tout mettre en œuvre pour que votre séjour se déroule dans les meilleures conditions possibles: les collaborateurs de l'hôpital font tout pour répondre à vos attentes".  (Swissgay.ch - D'après Le Matin - 8.12.04)

>> L'hôpital Riviera

Red Party contre SIDA: le succès
La soirée du samedi 4 décembre 2004 contre le SIDA a été une réussite. Plus de 21'000.- ont été récoltés en dons et en entrées par le MAD durant cette soirée organisée également par Jungle, Vogay et Sid'Action à l'occasion de la Journée Mondiale contre le SIDA. L'intégralité des 20.- d'entrée ont été reversés aux associations vaudoises qui luttent quotidiennement contre cette maladie. Tous unis contre le SIDA: une très belle leçon vaudoise...  (Swissgay.ch - 6.12.04)

Berlin : ouverture du musée de l’Homosexualité
Le musée de l’Homosexualité qui, a jusqu’ici rassemblé un fonds important d’archives, et qui proposait des expositions temporaires au public, présente à partir d’aujourd’hui une collection permanente sur l’histoire de la vie gay et lesbienne entre 1790 et 1990.
800 photographies et objets retracent deux siècles d’histoire de l’homosexualité. Le musée est placé sous le patronage du maire socialiste de la ville, Klaus Wowereit, ouvertement homosexuel.
Schwulesmuseum : Mehringdamm 61, 10961 Berlin.
Ouvert tous les jours sauf le mardi de 14h à 18h et le samedi de 14h à 19h.   >>  Le site

 

  Plus d'infos

61 - 60 - 59 - 58 - 57 - 56 - 55 - 54 - 53 - 52 - 51 - 50 - 49 - 48 - 47 - 46 - 45 - 44 - 43 - 42 - 41 - 40 - 39 - 38 - 37 - 36 - 35 - 34 - 33 - 32 - 31 - 30 - 29 - 28 - 27 - 26 - 25 - 24 - 23 - 22 - 21 - 20 - 19 - 18 - 17 - 16 - 15 - 14 - 13 - 12 - 11 - 10 - 09 - 08 - 07 - 06 - 05 - 04 - 03 - 02 - 01

  Derniers titres
  Suisse - Un séropositif étranger sera renvoyé, décide le Tribunal administratif fédéral
  Grenoble - Concert de Capleton annulé
  Suisse - Un CD homophobe retiré de la vente
 
USA - En direct, un journaliste au bord des larmes pour le mariage gay
  Allemagne - Un CD homophobe ne sera pas distribué
  Californie - Le mariage homo interdit
  Capleton - Homophobie : les défaillances du système lausannois

 

  Vos réactions

 

 Publicité

 

   
 

 

 
 Services

   
1 shoe.org

165.420

2 purplemoon.ch

290.590

3 swissgay.ch

348.659

4 gay.ch

507.022

5

joy4men.ch

723.176

  TOP 20 : le classement
  Votre publicité moins cher !

Recevez nos infos.
Votre email :




Mailing list, liste de diffusion et gestion d'emailing

Les articles des internautes

Vous avez quelque chose à dire ?
Publiez votre article sur Swissgay.ch en 2 clics.

Faut-il interdire Capleton et les artistes qui appellent au meurtre d’homosexuels ?

Oui, bien sûr !
Si on interdit tous les artistes homophobes, où va-t-on ?
Boycottons !
Non, la liberté d’expression prime sur tout.
Capleton ? Connais pas et ne veux pas connaître.
A ignorer ! Pourquoi leur faire encore de la pub ?
Oui. On ne fait pas reculer la haine sans la combattre.
Non : on est en démocratie et chacun est libre de dire ce qu’il pense.


Voir les résultats
Swisstools.net
Tous les sondages

Mesures d'audience


Google Analytics

Weblog Deckpoint
Alexa
Netcraft
Trafficestimate

 
 
 
   
 

   
   
 Publicité

   
   

 
 
 
     
Publicité Swissgay.ch

 

top

Swissgay.ch | Swissgay.ch/Elle | Annonces | Chat | Webcam chat | Agenda | Guide gay et lesbien | Infos | Vos articles | Forums | Liens
Top 20 | Sondages |
Voyages | Colocation | Météo | Email gratuit | Programmes TV | Sorties cinéma | Vidéos | Radio-TV en ligne | E-cartes
Votre publicité - Tarifs - Fixez votre prix | Newsletter | Recommander | Qui ? | Contact | Rechercher

Swissgay.ch sur Netvibes

Abonnez-vous au flux rss Actualité Swissgay.ch : http://swissgay.ch/rss.xml  -  Rejoignez Swissgay.ch sur Facebook :  Swissgay.ch sur Facebook

© Kaos Editions 1998-2010 - Swissgay.ch - Genève