Swissgay.ch home
  Guide-portail d'info gay, bi et lesbien suisse

Votre publicité sur Swissgay.ch

 

   
   
   
 

in englishauf deutschin italianoen españolem Português翻译成中文

 







 
 
 
 Les infos  [+/-]
60 - 59 - 58 - 57 - 56 55 - 54 - 53 - 52 - 51 50 - 49 - 48 - 47 - 46 45 - 44 - 43 - 42 - 41 40 - 39 - 38 - 37 - 36 35 - 34 - 33 - 32 - 31 30 - 29 - 28 - 27 - 26 25 - 24 - 23 - 22 - 21 20 - 19 - 18 - 17 - 16 15 - 14 - 13 - 12 - 11 10 - 09 - 08 - 07 - 06 05 - 04 - 03 - 02 - 01
 Magazines gays
 Vos articles
 Rechercher

Web Swissgay
 iPhone - Mobile

Swissgay.ch (Agenda + Guide) sur votre iPhone/mobile ! Tapez : swissgay.ch/m
 Partagez

Bookmark and Share

 Flux RSS

http://swissgay.ch/rss.xml
Subscribe
http://www.itsmynews.com

 Partenaires

Easyroommate.ch
Nathan gay café-bar
Ptisitegay.net
Swissgay blog
 Dons

Pour soutenir et développer Swissgay.ch. Merci !

 
Les infos | Rechercher une info | Réagir | Magazines gays | Vos articles
 
Le chanteur de reggae homophobe Capleton Lausanne - Capleton : les inexactitudes du Metropop Festival
09.11.08

  Capleton interdit à Bâle, pas à Lausanne
  A Lausanne, la plupart des politiques et des sponsors se bouchent les oreilles
  Lettre ouverte des associations LGBT
  Après Capleton, Pink Cross menace de porter plainte
  Capleton - Homophobie : les défaillances du système lausannois

 

 

 

Le 8 novembre 2008, Tjenbé Rèd Paris, Mouvement civique pour l'action & la réflexion sur les questions noires, métisses & LGBT (lesbiennes, gaies, bi & trans), a adressé cet email au Service des affaires culturelles du canton de Vaud, partenaire du Metropop Festival Lausanne. Il y relève des inexactitudes concernant les déclarations de Mediacom et du Metropop sur Capleton.

 

Chère Madame Brigitte Waridel,

En votre qualité de cheffe du service des affaires culturelles du canton de Vaud, où se trouve organisé ce soir un concert du chanteur de reggae dancehall jamaïcain Capleton, nous devons vous faire part de notre surprise face à la rapidité avec laquelle votre service a pris pour argent comptant certaines déclarations de la société Mediacom, tourneur de Capleton, et de Metrotop Festival, son partenaire économique à Lausanne. Nos partenaires Stop Murder Music Bern et Swissgay.ch nous ont en effet communiqué un échange de courriels entre eux-mêmes, votre service et Metrotop Festival, reprenant certains documents transmis par Mediacom.

Tout commence bien dans votre courriel du 6 novembre à 15h20 où vous indiquez avec fermeté à Metrotop Festival : "Nous avons appris par le mouvement de défense des droits des homosexuels Swissgay.ch que le concert de Capleton du 8 novembre prochain au Métropole était maintenu contrairement à la décision qui a été prise par les responsables de la Kaserne à Bâle qui ont renoncé à présenter cet artiste suite aux propos ouvertement homophobes qu'il a tenus en public, en particulier lors de ses concerts. Ceci est d'autant plus grave que Capleton a signé les accords de la RCA (Reggae Compasionnate Act) qui stipulent qu'aucun propos raciste, homophobe ni sexiste ne doit être tenu lors de manifestations. Nous vous prions dès lors de nous communiquer, par retour de courrier, ce que vous comptez faire pour vous distancer des propos tenus par Capleton. Vous comprendrez aisément que l'Etat de Vaud, au travers de la couverture de déficit qu'il vous a accordé, et par le fait que nous figurons sur votre matériel de promotion avec notre logo, ne peut s'associer à de tels propos qui sont discriminatoires envers une partie de la population."

Les choses continuent ensuite de manière assez classique, Metrotop Festival usant en réponse, le jour même à 16h31, d'une rhétorique à laquelle nous sommes désormais rodés : "Capleton, au début de sa carrière, a écrit quelques chansons à caractère discriminatoire, notamment envers la communauté homosexuelle... Il a depuis fait amende honorable... Lors de l'engagement de Capleton, nous avons toutefois demandé à Mediacom et à l'artiste des garanties écrites quant au strict respect des minorités et croyances de chacun... Garanties que nous avons obtenues et que vous trouverez ci-jointes..."

Premières inexactitudes
Capleton n'a pas exactement écrit "quelques chansons à caractère discriminatoire envers la communauté homosexuelle au début de sa carrière." Il a écrit et interprété, entre 1991 et 2007, vingt-neuf des 207 chansons les plus homophobes du dancehall, selon le site Internet Murder Inna Dancehall (soit 14% à lui tout seul, ce qui est une forme d'exploit quand on sait que ce site signale en tout 99 artistes) [1]. Ces chansons appelaient ainsi au meurtre et à la haine des personnes LGBT (lesbiennes, gaies, bi & trans) : "Brûle un pédé, saigne un pédé à blanc... Les sodomites et les pédés, je les bute avec mon flingue... Tu dois savoir que Capleton crame les pédés... Et les lesbiennes, je les crame pareil... Je dis que je crame les pédés et les sodomites dès que je sais qu'ils sont pédés... Tous les pédés et les sodomites doivent être butés... Allez, pendez-les avec une chaîne... Tous ces pédés qui rôdent, Mère-Nature nous dit qu'aucun ne peut survivre..." [2]

Deuxièmes inexactitudes
Capleton n'a pas exactement "fait amende honorable". Le 7 juin 2005, il adressait une déclaration à la Fédération française des Centres LGBT (c'est cette déclaration dont une traduction française vous est adressée, non datée, par Metrotop Festival). A ce sujet, la Fédération française des Centres LGBT parlait de déclaration "sibylline" et ajoutait : "La Fédération se réjouit que Capleton confirme personnellement et par écrit sa décision annoncée le 4 février dernier, par son label et par oral, de ne plus interpréter de chansons susceptibles d'être "prises comme des attaques" homophobes ou transphobes. En revanche, la Fédération constate que Capleton ne regrette pas le caractère homophobe de ces chansons, mais seulement qu'elles aient été "mal comprises ou mal interprétées"... La Fédération constate que Capleton ne se prononce ni sur leur éventuel retrait définitif du commerce, ni sur son éventuel respect du "genre de vie" des personnes LGBT, ni sur les éventuelles agressions de certain/es de ses fans à l'encontre de ces personnes." [3]

Cette déclaration d'une clarté perfectible n'empêchait pas Capleton de publier deux nouvelles chansons répertoriées par le site Murder Inna Dancehall : "Toppating", enregistrée en décembre 2005 et publiée avec l'album "Reggae Gold 2006" le 20 juin 2006, et "Hits Pon Toppa Hits", enregistrée en juillet 2006 et publiée avec l'album "Strictly The Best 35" le 21 novembre 2006 [4]. Au 13 juin 2007, Capleton signait cette fois le Reggae Compassionate Act qui l'engageait de nouveau à ne plus interpréter de propos si délicatement "discriminatoires" (pour reprendre le subtil euphémisme de Metrotop Festival). Aussi simplement qu'il avait, dès décembre 2005, quelque peu relativisé son engagement du 7 juin 2005, Capleton a violé ce nouvel engagement dès le 25 décembre 2007 en appelant, lors d'un concert, son public à "lever les mains" pour "brûler les pédés et les sodomites" [5]. Metrotop Festival estime "qu'il faut savoir donner une deuxième chance à des personnes qui ont fait des erreurs" mais Capleton a déjà eu sa deuxième et même sa troisième chance.

Troisièmes inexactitudes
Pour mieux appuyer son propos, Metrotop Festival produit une attestation de Mediacom, observateur extérieur parfaitement neutre et fiable sans doute, exempt de tout intérêt en la matière : "En notre qualité d’agent européen de l’artiste Capleton, nous garantissons que ses concerts ne comportent aucun propos discriminatoire envers une quelconque communauté, race ou religion et notamment contre les personnes d’orientation homosexuelle. Les concerts déjà effectués lors de cette tournée ou lors des trois dernières années en Europe en sont d’ailleurs la preuve. Fait pour servir et valoir ce que de droit." Cette attestation est datée du 5 novembre 2008 : il est fâcheux qu'à cette date, la performance délivrée par Capleton le 25 décembre 2007 ait déjà été parfaitement notoire. Il est également fâcheux que Mediacom tente d'introduire une différence entre les propos homophobes tenus en Europe et ceux tenus en-dehors de l'Europe (un "en-dehors" d'ailleurs non nommé). Une telle dichotomie relèverait d'une vision quelque peu périmée du monde, abandonnée en tout cas depuis les décolonisations, et participerait d'une lecture différentialiste des droits humains. Comme l'estimait la chaîne de télévision franco-allemande Arte qui consacrait un reportage à la murder music le 19 septembre, "considérer ces textes comme faisant partie de la culture jamaïcaine constituerait une forme de mépris envers les droits de l'homme." [6]

Le plus surprenant n'est pas que Metrotop Festival et Mediacom usent de cette rhétorique. Le plus surprenant, c'est que votre service l'entérine sans manifester tout le sens critique qu'on pourrait attendre de lui. Par son courriel du 6 novembre à 17h19 (quarante-huit minutes après le courriel de Metrotop Festival), il prend "acte de ces engagements" et ne voit "pas de motif de les mettre en doute." Votre service a-t-il lu les éléments qui lui étaient fournis par Stop Murder Music Bern et Swissgay.ch ? A-t-il cherché à vérifier les éléments soumis par Metrotop Festival et Mediacom ? À recontacter Stop Murder Music Bern ou Swissgay.ch pour vérifier leur version des faits ?

Pour Tjenbé Rèd
(Stop Murder Music France)
Le président, David Auerbach Chiffrin
 

[1] Liste MID - Murder Inna Dancehall (au 4 novembre 2008) : Admiral Bailey, Admiral T, Akon, Alozade, Angel Doolas, Anthony B, ARP, Assassin, Baby Cham, Baby G, Beenie Man, Black-er, Bounty Killer, Brian, Buju Banton, Bunny Wailer, Busta Rhymes, Cam'ron, Capleton, Chicken, Chuck Fender, Congo Natty, Daddy Mory, Damian Marley, Delly Ranks, Demo Delgado, DJ Collateral, Dr. Evil, Easy Star All-Stars, Elephant Man, Filco Ranks, Frisco Kid, Gabriel, Galaxy P, General B, General Degree, General Levy, Ghetto Max, Gringo, Hammer Mouth, Harry Toddler, Hawkeye, Horace Andy, Hot Shot Crew, Jigsy, Jigsy King, Juelz Santana, Junior Demus, Junior Kelly, Junior Reid, Kardinal Offishall, Kevin Evil, Kiprich, Krys, Lady Saw, Lexxus, Lovindeer, Lovy Jam, Macka Diamond, Mad Cobra, Mavado, Mega Banton, Menny More, Misty In Roots, Mr. Chicken, Mr. Easy, Mr. Vegas, Ninja Ford, Notch, Pan Head, Pierpoljak, Predator, Professor Nuts, Rally Bop, Ranking Toyan, Ras Berry, Red Dragon, Sanchez, Sayrus, Scare Dem Crew, Shabba Ranks, Singer J, Sizzla, Spragga Benz, Stapler, T.O.K., Tappa Zukie & Family, Terror Fabulous, Tony Gold, Top Cat, Twins Of Twins, Virgo Man, Vybz Kartel, Ward 21, Warrior King, Wayne Marshall, Wickerman, Yellowman, YT
http://soulrebels.org/dancehall.htm

[2] OutRage!/ Stop Murder Music/ Dancehall Dossier (2004, p. 5)
http://www.tjenbered.fr/2004/20041231-95.pdf

[3] 8 juin 2005 - Capleton : «Ma musique n’incite à la violence contre aucun être humain que ce soit, quelque soit son genre de vie» - (Suite aux négociations ouvertes le 26 mai par Reims Liberté Gaie, «An nou allé !» et la Fédération des CGL, Capleton adresse une déclaration sibylline aux associations LGBT françaises) - Communiqué de presse n°ANA2005/09
http://www.tjenbered.fr/ana/2005/20050608-00.html

[4A] http://www.soulrebels.org/dancehall/e_songs_more.htm

[4B1] http://www.soulrebels.org/dancehall/u_lyrics_toppa.htm

[4B2] http://www.tjenbered.fr/2006/20060620-99.pdf

[4C1] http://www.soulrebels.org/dancehall/u_lyrics_hits.htm

[4C2] http://www.tjenbered.fr/2006/20061121-99.pdf

[5] 30 octobre 2008 - Le chanteur homophobe Capleton viole le Reggae Compassionate Act et arrive en tournée en France et en Europe (Tjenbé Rèd devient relais du réseau Stop Murder Music en France et appelle les associations qui défendent les droits humains à une mobilisation résolue contre les propos de Capleton, aspirant «brûleur de pédés») - Communiqué de presse n°TR08SOC33
http://www.tjenbered.fr/2008/20081030-00.html

[6] 3 novembre 2008 - «Love, peace, unity et homophobie» : Arte se penche sur la murder music
(Selon la chaîne de télévision franco-allemande, «considérer ces textes comme faisant partie de la culture jamaïcaine constituerait une forme de mépris envers les droits de l'homme car la philosophie du reggae prône bien autre chose») - Communication n°TR08SOC34
http://www.tjenbered.fr/2008/20080919-99.html

© TJENBÉ RÈD ! Mouvement civique pour l'action & la réflexion sur les questions noires, métisses & LGBT (lesbiennes, gaies, bi & trans) en France ultramarine & hexagonale, Paris

 

Swissgay.ch

 

La situation dramatique des homosexuels en Jamaïque et l'homophobie d'Etat. A lire sur Swissgay.ch :
- Jamaïque - Malgré une menace de boycott, l’île refuse de lutter contre l’homophobie
- Jamaïque - Un gay présumé se noie pour échappé au lynchage
- Suisse - La Radio suisse romande s'intéresse à l'homosexualité en Jamaïque. Carnets de route de Jean-Cosme Delaloye.

- Caraïbes - L'ONU critique la Jamaïque
-
Montreux - Chanteur jamaïquain dénoncé
- GB - Elton John exhorte les gays et les lesbiennes à agir

Lire aussi :
-  Stop Murder Music : le dossier consacré au festival Metropop et à Capleton
Metropop Festival Lausanne
Le document (en .pdf) de Stop Murder Music sur les textes homophobes du concert de Capleton du 15 décembre 2007 en Jamaïque

-  L'article de 360° : Capleton annulé à Bâle. Et à Lausanne ?
-  L'article de 360° : Levée de boucliers contre le retour de Capleton
-  L'article de Pink Cross, antenne romande : Protestations contre le raggaeman Capleton
-  Le Matin, 06.11.08 : Festival Metropop: le concert de Capleton maintenu
-  Le Temps, 07.11.08 : Capleton, l'homophobe qui plombe le Metropop
-  20 Minutes, 06.11.07 : Un homophobe risque d’être interdit de concert
-  Swissinfo, 04.11.08 : La Kaserne de Bâle annule le concert controversé de Capleton
-  Edicom, 04.11.08 :
La Kaserne de Bâle annule le concert controversé de Capleton
-  20 Minutes, 07.11.08 : Le concert de Capleton aura bien lieu

Les forums
-  Le forum de 20 minutes : http://www.20min.ch/ro/news/vaud/story/10749166
-  Le forum du Temps : http://www.sortir.ch/musique/journal/musique_capleton?users=post
-  Le forum du Matin : http://www.lematin.ch/fr/loisirs/musique_concerts/concert-annule-a-bale-capleton-s-explique-dans-une-video_35-306174

  Derniers titres
  Suisse - Un séropositif étranger sera renvoyé, décide le Tribunal administratif fédéral
  Grenoble - Concert de Capleton annulé
  Suisse - Un CD homophobe retiré de la vente
 
USA - En direct, un journaliste au bord des larmes pour le mariage gay
  Allemagne - Un CD homophobe ne sera pas distribué
  Californie - Le mariage homo interdit
  Capleton - Homophobie : les défaillances du système lausannois

 

  Vos réactions

 

 Publicité

 

   
 

 

 
 Services

   
1 shoe.org

165.420

2 purplemoon.ch

290.590

3 swissgay.ch

348.659

4 gay.ch

507.022

5

joy4men.ch

723.176

  TOP 20 : le classement
  Votre publicité moins cher !

Recevez nos infos.
Votre email :




Mailing list, liste de diffusion et gestion d'emailing

Les articles des internautes

Vous avez quelque chose à dire ?
Publiez votre article sur Swissgay.ch en 2 clics.

Faut-il interdire Capleton et les artistes qui appellent au meurtre d’homosexuels ?

Oui, bien sûr !
Si on interdit tous les artistes homophobes, où va-t-on ?
Boycottons !
Non, la liberté d’expression prime sur tout.
Capleton ? Connais pas et ne veux pas connaître.
A ignorer ! Pourquoi leur faire encore de la pub ?
Oui. On ne fait pas reculer la haine sans la combattre.
Non : on est en démocratie et chacun est libre de dire ce qu’il pense.


Voir les résultats
Swisstools.net
Tous les sondages

Mesures d'audience


Google Analytics

Weblog Deckpoint
Alexa
Netcraft
Trafficestimate

 
 
 
   
 

   
   
 Publicité

   
   

 
 
 
     
Publicité Swissgay.ch

 

top

Swissgay.ch | Swissgay.ch/Elle | Annonces | Chat | Webcam chat | Agenda | Guide gay et lesbien | Infos | Vos articles | Forums | Liens
Top 20 | Sondages |
Voyages | Colocation | Météo | Email gratuit | Programmes TV | Sorties cinéma | Vidéos | Radio-TV en ligne | E-cartes
Votre publicité - Tarifs - Fixez votre prix | Newsletter | Recommander | Qui ? | Contact | Rechercher

Swissgay.ch sur Netvibes

Abonnez-vous au flux rss Actualité Swissgay.ch : http://swissgay.ch/rss.xml  -  Rejoignez Swissgay.ch sur Facebook :  Swissgay.ch sur Facebook

© Kaos Editions 1998-2010 - Swissgay.ch - Genève